Intersection

Booking Agency

POGO CAR CRASH CONTROL

  • Metal-Punk-Stoner
  • Agent: Bernard M.

Envoyer son ennui et sa frustration s'éclater contre un mur en faisant le plus de bruit possible : voilà peut-être l'idée de Pogo Car Crash Control en se lançant dans la musique. Brut, bouillant et bruyant, trois adjectifs inscrits au fer rouge par quatre vingtenaires qui ont réussi un sacré tour de force en quelques mois et un seul EP : devenir un des groupes de rock'n’roll français les plus affolants et dont la réputation scénique grandit à chaque apparition.

Pogo Car Crash Control cultive sa singularité, se moque des modes et tord le cou aux clichés de la musique de spécialiste pour revenir à l'essence du rock à guitares : l'électricité et l'honnêteté. Formé un été qui paraissait sans fin, dans une maison du 77 laissée à l'abandon par leurs parents, pour tuer le temps entre deux boulots sans intérêt, l'identité de Pogo prend forme sans être calculée. Influencé par le stoner, le garage saturé et le grunge, le quatuor finit par stabiliser un line up et un répertoire.

Immédiatement le chant en français apparaît comme une évidence aux membres du groupe, pour une simple et bonne raison : être compris de leur entourage proche, les premiers qui viennent se coller aux amplis en répète puis dans les caves en concert.
Les textes, écrits par Olivier, Louis et Simon de manière collégiale, mettent de côté toute ironie surplombante et restent droits dans leurs bottes et la réalité… Et tant pis si Pogo Car Crash Control déplaît aux ayatollahs de la scène rock underground et aux autoproclamés prescripteurs du bon goût. Le groupe joue pour ceux qui l'entourent et qui veulent bien l'écouter.

Pogo Car Crash Control c'est aussi une grande fête où l'on oublie les bonnes manières et la bienséance, une maison où on peut garder ses chaussures sales et écrire sur les murs, ramener ses potes et abuser avec le sourire. Le côté fun du groupe est revendiqué et appuyé par leur collaboration avec Baptiste Groazil qui réalise les pochettes et visuels de la formation depuis ses débuts. Encore une fois, on aime ou pas, mais Pogo Car Crash Control met un grand coup de pied dans la fourmilière du conformisme ambiant. Pas étonnant que le groupe ait été adoubé par 

Stupeflip qui les a récemment invités à se produire à la Flip Party en sa compagnie, le temps de poser un featuring dingue sur « A bas la hiérarchie »

Avec son nouvel album, le groupe est prêt à défoncer un quelconque plafond de verre. Composé rapidement entre deux tournées et enregistré avec soin au studio Black Box, « Déprime Hostile » est un condensé du meilleur de Pogo. Des morceaux ultra saturés et puissants, pas loin d'une énergie hardcore (« Hypothèse Mort », « Déprime Hostile ») en condensés rock efficaces (« rancunier »), ce nouvel album s'offre aussi le luxe pour la première fois de dévergonder la pop avec deux morceaux aux tempos ralentis (« Balade grunge » et « Je perds mon temps »). C'est finalement l'ombre lointaine de Nirvana qui plane sur cette collection de titres et son envie de faire des morceaux mélodiques avec le plus de saturation et d'énergie possible.